J’ai passe 3 mois sur les applications de rencontres. en vain

J’ai passe 3 mois sur les applications de rencontres. en vain

BONJOUR TRISTESSE – Mes applications de rencontres sont-elles vraiment la cle pour trouver l’amour ? Quels paraissent les codes a suivre ? Humour, deceptions et “ghosting”. A LCI, on a tente “l’aventure” en s’inscrivant concernant trois applications de rencontres sur une periode de trois mois. Chronique de l’amour version 3.0.

“Hello, tu cherches quoi ici.” On va pouvoir faire plus romantique tel technique d’approche, non ? C’est pourtant l’entree en matiere a laquelle on a souvent droit Quand qu’on s’inscrit sur https://besthookupwebsites.org/fr/dating4disabled-review/ une application de rencontres, comme quand il fallait determiner rapidement l’enjeu de la relation n’ayant aussi toujours pas commence. Les utilisateurs de Tinder, Happn et autres Okcupid ont leurs propres codes, souvent indescriptibles aux yeux des profanes. Moi-meme, bien qu’issue une generation des “Millenials”, je ne m’etais moyennement penchee concernant cet univers tres formate avant d’y plonger Il existe bien juste trois mois. Mais la curiosite journalistique, ainsi, l’epee de Damocles du celibat qui s’est posee dans la tronche lorsque j’ai franchi la barre du “quart de siecle”, m’ont poussee a franchir le jamais et a m’inscrire sur les trois applis citees un brin plus bas. Je vous raconte.

Commencons via le commencement. Premiere etape : se creer votre profil, le meme sur les trois sites. Avec, la aussi, Quelques principes a respecter. Un brin de photos m’a-t-on conseillee, des ou quatre tout au plus : moins, on penserait que vous cherchez a cacher votre veritable apparence. Davantage, vous passeriez pour celui ou celle qui en fera trop. Je m’en tiendrai donc a quatre : la photo de profil que j’utilise dans tous faire mes reseaux sociaux, une autre avec un casque de moto – l’effet deux-roues pourrait en attirer plus tout d’un, non ?- , une troisieme sur laquelle j’habite occupe i  filmer une interview, histoire de apporter 1 indice sur la profession, ainsi, enfin une derniere ou je pose fierement avec le maillot de l’equipe de France. Le caractere “fausse sportive” qui adore le foot, c’est bien moi !

Au moment de renseigner mon metier, je repense a une etude recemment publiee par Happn : si vous etes comptable, informaticien ou consultant, vous perdez des points. Dans la finance au contraire, vous etes considere comme un bon parti. Dans la communication, la justice ou le graphisme, ca fonctionne aussi grace au cote artistique. Bingo, le journalisme est egalement cite dans cette categorie. Je decide neanmoins de ne pas donner la profession, histoire de garder une part de mystere.

On me demande egalement une description pour accompagner mon profil. Je regarde vite votre qu’ont fait des autres. Ils font vraiment de bien au sein d’ ces phrases d’accroche : on passe du “All we need is love music and chocolate” a “On dira qu’on s’est rencontres au cinema”, en passant via “Recherche uniquement plan cul” ou “J’aime etre domine”. Je decide de m’en tenir a quelques mots : “J’ai un rire communicatif, c’est la marque de fabrique”. Elle en fera reagir plus tout d’un.

L’inscription semble s’i?tre enfin deroulee plutot facilement. En 2, trois cliques, me voici devenue une vignette parmi tant d’autres. On va pouvoir desormais “swiper” a droite pour me selectionner, ou a gauche pour me jeter comme votre vulgaire torchon. Aucun quoi se vexer, je ferai exactement la meme chose du cote.

Match or no match

Di?s que 2 individus se plaisent, il se service votre “match”. On termine i  chaque fois avec en avoir un, ainsi, les femmes ont l’avantage de “matcher” plus souvent. Mais qui evoque “match” ne devoile jamais rencontre concernant autant : habituellement, les deux personnes ne rentrent meme jamais en rapport et lorsqu’un message fut envoye, il est frequemment sans reponse. Il va falloir penser que ma generation a une telle facheuse habitude de “vouloir bien et bien de suite”, aussi si l’individu proprement dit ne repond pas assez facilement, on zappe.

Je vais tres vite m’en rendre compte : tout peut dependre effectivement de l’introduction. Le premier message, cette fameuse phrase d’accroche, en devoile long, que votre soit vous qui l’envoyez ou non. L’humour reste la meilleure arme bien sur, meme quand il arrive qu’un simple “Hello, tu as passe une agreable journee ?” suffise quand la match ressemble a un don Juan. Mais lors de mes trois mois de recherche effrenee, je me suis parfois heurtee a des entrees en matiere deroutantes, voire obscenes : “Hello coquine”, “Wesh”, “Salut, tu es a croquer”, “Dispo votre jour Afin de venir i  la maison ?”, “Tu cherches quoi ici ? Un plan cul ?”.

Si je fais le calcul, au total, j’ai recolte environ 250 matchs, ainsi, 90 gens ont engage la conversation avec moi. De mon cote, j’ai demarre l’explication une trentaine de fois. Ces echanges ont fourni lieu a plus de 10 messages avec une cinquantaine de profils, pour a la cle 1 rendez-vous avec une quinzaine d’entre eux. Et au final, je n’en ai vraiment eu que 7, les autres rencontres ayant ete annulees ou reportees, pour en definitive ne pas avoir lieu.

“Et si on allait boire un verre ?”

Maxime, Cyprien, Raphael, Marcel, Lucien, Arthur et Jules* : voila les prenoms des garcons que j’ai rencontres durant ces trois mois. Qui n’ont jamais commence sous des meilleurs auspices. Premier “date” sur Tinder : Maxime donc, 27 annees, directeur artistique, grand et brun a en croire sa propre photo. Sur le papier, rien a reprocher. Quelques phrases d’usage afin d’effectuer connaissance – job, region d’appartenance, hobbies. – et le rendez-vous est deja retourne. Je choisis la zone, un bar du Xe arrondissement de Paris. J’arrive avec 5-10 minutes de retard en suivant les conseils d’une amie : “Fais-toi desirer, c’est forcement bon”. Aucun mauvaise surprise, Maxime a la meme tete que via son profil. Mais tres vite, j’ai l’impression qu’on s’ennuie l’integralite des deux. Aucun feeling. Arrives a la fin de nos verres, chacun reste “etrangement” fort fatigue (il est bien de meme 21 heures !) et on se quitte avec un poli “A une prochaine”.

Notre prochain, c’est Cyprien, qu’une amie a choisi i  mon sens – car oui, on peut aussi “s’amuser” a swiper entre copains, ainsi, meme nos laisser demarrer une discussion. “28 ans, directeur financier et musicien” nous apprend sa description Tinder. Et je n’en saurai pas plus avant le premier rendez-vous puisque celui-ci s’est empresse de dire oui a la seule et unique phrase qu’avait envoyee ma complice : “Et si on allait boire un verre ?”. C’est bien moi qui choisis la zone, 1 bar pres du quartier de Belleville. J’arrive encore une fois en retard et le garcon que je decouvre assis en terrasse a la mine souriante. J’ai conversation reste fluide. Cyprien est drole, il est tout d’un gentil garcon. On se livre assez sans probli?me, probablement trop Afin de une toute premiere retrouve. Mais apres tout, par exemple ? Meme si j’ai quelques doutes car nous venons de milieux differents, la soiree se termine apres pres de trois heures de discussion, et on s’echange aussi un baiser pour se quitter.